L'eau agricole au service de la production photovoltaïque - un projet de la Société du Canal de Provence, en partenariat avec le CEA

L’eau agricole au service de la production photovoltaïque - un projet de la Société du Canal de Provence, en partenariat avec le CEA

132 panneaux photovoltaïques de différentes marques couvrent actuellement le canal de Provence, à Rians, une commune rurale à 70 km de Marseille, où aboutissent ces eaux. Ils préfigurent une couverture bien plus importante à partir de 2016.
 
« Nous les refroidissons avec l’eau du canal, de différentes manières, et dans un an, une fois rendus les résultats de l’expérimentation, nous pourrons proposer matériels et techniques à nos différents partenaires autour de la Méditerranée » conjecture Bruno Vergobbi, directeur de la Société du Canal de Provence, qui pilote ce projet.
 
Menés dans le cadre d’une convention avec le CEA, ces tests sur le démonstrateur Canalsol, doivent déterminer si le refroidissement des panneaux améliore leur rendement. Ils préludent aussi à la généralisation future des solutions énergétiques faisant appel aux canaux d’irrigations.
 
« Avec eux, les centrales PV n’auraient plus à occuper d’espaces agricoles, puisque les gestionnaires de canaux mettraient à disposition leur foncier » , dixit Bruno Vergobbi.

 

 

La production d’énergie extrapolée sur un km linéaire de canaux couverts de panneaux PV serait d’1,8 GWh par an. En France la vente d’électricité ainsi produite représenterait 130 000 € par km équipé. Des solutions de tracking (adaptation à la course du soleil) et des panneaux PV souples, également testés à Rians, pourront optimiser le rendement de ce démonstrateur.
 
Les partenaires fondent quelques espoirs sur les résultats à venir, fin 2015. « Nous nous associerons avec des industriels pour développer ces techniques, qui feront partie de notre offre d’ingénierie » confie Bruno Vergobbi.
 
Depuis l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal jusqu’à la Secadenord tunisienne, en passant par l’Office National Marocain d’Eau Potable, la SCP entretient de nombreux liens avec des opérateurs similaires au Sud, qui profiteraient de l’expérience d’énergéticien de leur partenaire provençal.
 
D'autant que la concurrence sera faible. "Nous ne connaissons qu’une seule expérimentation de ce type actuellement au plan mondial, en Inde » souligne encore le directeur de la Société du Canal de Provence.

http://www.econostrum.info/L-eau-agricole-au-service-de-la-production-photovoltaique_a19206.html