Ségolène Royal et biodiversité : les internautes modifient le projet de loi jusqu’au 18 janvier

Chacun peut contribuer à faire évoluer le projet de loi pour "la reconquête de la biodiversité" porté par Ségolène Royal. Le texte est disponible, en ligne, du 21 décembre au 18 janvier 2016.

Le gouvernement tente par tous les moyens d'intéresser le grand public aux nouvelles lois. Depuis le 21 décembre et jusqu'au 18 janvier prochain, les citoyens peuvent apporter leurs modifications, leurs suggestions et proposer de nouveaux amendements au texte du projet de loi "reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" de Ségolène Royal. Pour cela, les internautes doivent se connecter sur la plateforme en ligne Parlement & Citoyens. "Un classement vous permet de visualiser en permanence les nouveaux articles et les amendements les plus soutenus. Cet engagement et ces contributions directement issus des citoyens permettent d'enrichir considérablement le texte et le poids que celui-ci peut avoir lors des discussions dans l'hémicycle", précise le site dans un texte de présentation.

 

Les propositions des internautes pourront ensuite être reprises lors de l'examen du texte, en séance publique, à partir du 19 janvier. Comme le précise Parlement & Citoyens, cette consultation a été lancée par Joël Labbé, en collaboration avec le rapporteur du texte au Sénat, Jérôme Bignon. Ce projet de loi, porté par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, "s'attache à renouveler la définition et la vision de la biodiversité ainsi que les moyens d'action pour sa protection, avec notamment l'introduction du principe de solidarité écologique entre les territoires".

Ce n'est pas la première fois que les citoyens sont sollicités pour s'exprimer sur un projet de loi. Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat chargée du numérique, avait reçu de nombreuses contributions lors de sa consultation publique sur le projet de loi sur le numérique. "En trois semaines, plus de 20 000 participants de tous horizons ont choisi de contribuer à ce texte juridique complexe, produisant plus de 140 000 votes, et plus de 8 000 arguments, amendements ou propositions de nouveaux articles", avait détaillé Matignon dans un communiqué.

Source: L'internaut [Mis à jour le 28 décembre 2015, 15h50]