HOMERe, le stage international en entreprise conçu sur mesure

  • International
  • Par  Christelle MAFFRE

HOMERe. Haute Opportunité en Méditerranée pour le Recrutement de Cadres d’Excellence. C’est le nom du projet que le Réseau Méditerranéen des Écoles d’Ingénieurs et de Management (RMEI) a initié avec les conseillers du commerce extérieur.

Léo Vincent, président du RMEI et responsable du projet HOMERe :
« HOMERe a généré la mobilisation de nombreux partenaires, un soutien financier de la Région PACA et une labellisation par l’Union pour la Méditerranée (UPM). Cette reconnaissance absolue par 43 pays est capitale pour la concrétisation de nos ambitions, améliorer l’employabilité des jeunes diplômés, et de nos objectifs, pallier les problématiques de recrutement de compétences des entreprises installées ou opérant en Méditerranée. 

De quoi parlons-nous ? De redonner de l’espoir à ces jeunes dotés d’un excellent niveau académique. De leur faciliter l’accès à un premier emploi de qualité. De convaincre les entreprises du caractère nouveau de cette démarche qui vise à les associer en amont, elles qui se plaignent de l’inadéquation des diplômés et qui les intègrent trop souvent par convenance. Et enfin, de faire adhérer les 9 pays partenaires (Algérie, Égypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Tunisie) pour qu’ils s’approprient le projet. Car c’est la garantie de l’adéquation entre besoins et compétences.

HOMERe propose une vraie rupture dans l’approche du stage international : élitiste et encadré par une supervision en continu. Chaque consortium, constitué dans chaque pays, s'appuiera localement sur des relais économiques chargés de recenser les besoins auprès des entreprises et de les faire remonter auprès de leurs correspondants académiques. Ils présélectionneront les profils. Le RMEI et ses partenaires assureront la partie administrative et la labellisation de l’UPM sera à cet égard précieuse pour accélérer les procédures.

Ce fonctionnement, qui permettra au stagiaire, le temps de ses six mois en entreprise, de s’en approprier la culture, sera payant. Pour preuve, SOMEI, première à accueillir en 2014 deux étudiantes ingénieures marocaines à son siège à Marseille, les a recrutées pour ses bureaux de Rabat. Une première réunion de présentation du dispositif aura lieu à Marseille le 17 mars 2015. La mobilisation de tous constitue un facteur clef de succès. »
 
Plus d'info