Projet européen STRATUS : développer une certification environnementale franco-italienne

  • STRATUS
  • Par  Sandy ARGOUD

Développer une certification environnementale franco-italienne

 

 Elisabeth Blanchet |  26 janvier 2019 - Retrouvez l'article

Depuis février 2017, le projet STRATUS – Stratégie environnementale pour un tourisme durable -, financé par le programme Interreg Maritime de l’Union Européenne. oeuvre au développement d’une certification environnementale des opérateurs de tourisme du sud de la France et de la côte méditerranéenne italienne. Gros plan sur une certification unique qui s’inscrit dans une stratégie de développement du tourisme durable.

 

Pourquoi une certification de plus ?

Les labels et autres certifications en lien avec l’environnement et le tourisme durable ne manquent pas. Pourquoi en introduire une autre ? “Déjà parce que la certification environnementale STRATUS est gratuite”, explique Maéva Monnier de l’association Ecoscience Provence, partenaire du projet, et en charge d’attribuer les certifications aux opérateurs de tourisme. Elle ajoute :”Il ne s’agit pas non plus d’une certification comme les autres, elle est basée sur un accompagnement – également gratuit – adapté à chacun des opérateurs demandeurs”. Ainsi, le projet STRATUS a volontairement choisi des critères de base pour inciter le plus d’opérateurs à faire leur demande de certification. “Il faut que les demandeurs soient déjà engagés sur l’environnement et qu’ils soient déjà dans une démarche de sensibilisation et de communication, impliqués dans la protection de la biodiversité et des écosystèmes, dans la gestion de l’eau, de l’énergie et des déchets“, poursuit Maéva.

 

… Et dans quel(s) but(s) ?

Grâce à la certification environnementale, STRATUS doit favoriser le tourisme durable et renforcer les liens entre côte et arrière-pays. D’autre part, envers les touristes, la certification STRATUS est un moyen de communication qui leur garantit la possibilité d’identifier facilement les entreprises qui s’engagent dans le développement économique durable.

La certification environnementale STRATUS, mode d’emploi

Par rapport aux thématiques de base évoquées par Maéva, les opérateurs ont des critères obligatoires à remplir : ils doivent par exemple suivre de près le suivi de leur consommation d’eau et d’énergie en vue de la diminuer. Ils doivent aussi choisir des actions, en fonction de la nature de leurs activités : utiliser des produits de saison locaux, échanger avec les fournisseurs pour diminuer les emballages, remplacer le matériel à usage unique par des alternatives réutilisables, équiper les pièces de détecteurs de présence pour l’éclairage, faire don de ses équipements lors de son renouvellement, pour n’en citer que quelques unes.

Les actions sont donc multiples et variées et s’inscrivent aussi dans les thèmes de l’économie locale et de la responsabilité sociale. De plus, Maéva insiste sur la souplesse du projet : “l’idée est vraiment d’aider et d’accompagner tous les opérateurs qui font la demande. C’est pour cela que nous préférons rester souples sur les critères”. Elle précise aussi que l’accompagnement de chaque opérateur est capital et un des fondements du projet. Ainsi, des formations et des salons de l’innovation où les opérateurs peuvent rencontrer des porteurs de solutions environnementales sont régulièrement organisés.

Les opérateurs déjà certifiés

Tandis que 46 opérateurs italiens bénéficient déjà de la certification environnementale STRATUS, ils sont 12 en France, tous basés dans le Var. Parmi eux, la Ferme de Tiavan, un projet de ferme pédagogique atypique : en plus d’être une exploitation agricole diversifiée et respectueuse de l’environnement, on peut y acheter des légumes de saisons et des animaux d’ornements (poules, lapins, tourterelles, cochons d’inde…). On peut aussi y aller tout simplement pour se balader, se reposer, participer à des journées à thème, pique-niquer et profiter d’une belle aire dédiée au jeu. Autre exemple d’opérateur certifié : Natur’Evasion qui propose des activités de plein air – canoë, accrobranche, escalade, paddle… – au coeur de la Provence dans le plus grand respect de l’environnement. Ainsi pour l’accrobranche, l’idée est d’éviter le retour au sol pour ne pas trop l’abimer en le piétinant. Pour avoir une idée des autres certifiés, consultez la liste et si vous êtes un opérateur de tourisme du coin, postulez ! Quant à la prochaine formation, elle porte sur la communication digitale et se déroule le 8 février au lycée de la Provence Verte à Saint-Maximin.